La légende du marais

La légende du marais
La légende du marais nous est racontée par Henri Robert qui a habité la "Maison du marais". Elle mériterait qu'on fasse des recherches pour savoir sur quel fond de vérité est s'appuie.
 Une légende court sur une galerie souterraine, dont les anciens de Nivolas nous ont parlée. Cette soi-disant galerie souterraine était censée relier le marais du Vernay (Sérézin-Nivolas) au lac de Paladru distant d'environ 18km en ligne droite.

Suivant une carte régionale, elle partirait des marais, sur la commune de Sérézin de la Tour, au lieu-dit : « les Bondiles », passerait au bas de Saint Victor de Cessieu, sous les hameaux de Bouis et Eynard, entre Doissin et Montagnieu, ensuite sous la commune de Chélieu, le hameau du Surand et enfin les bords du lac de Paladru.

L'entrée de ce souterrain aurait été découverte par un instituteur de Sérézin vers la fin du XIXème siècle, mais n'a jamais été explorée.

Cet enseignant spéléologue pensait que les marais en question se trouvaient sur l'emplacement d'un village englouti, dont la période d'existence resterait à définir et à prouver.

Les 14 enfants de la famille Robert, dont la maison bordait ces marais ont toujours entendu parler de cet environnement de leur demeure, mais sans avoir d'autres précisions.

La « maison du marais » comme tout le monde l'appelait à l'époque a été rasée dans les années 1950-1955 et les 14 enfants Robert ont aussi disparu (mon père, Adolphe Robert était le 9ème) et nous ne sommes plus que cinq survivants parmi les petits enfants.

Toutes ces informations restent à vérifier et ne sont peut-être qu'une légende. Mais ceci nous fait prendre conscience de l'importance du passé de notre terroir et peut-être même de sa richesse historique.

Henri Robert


Toute légende dit-on est bâtie sur un fond de vérité.

En ce qui concerne le lien avec le lac de Paladru, elle n'est sans doute pas vérifiable, car le marais du Vernay n'est pas dans le même bassin versant. Toutefois, les études menées dans le cadre de l'office départemental de l'eau, ont montré que la nappe du Vernay qui alimente le marais du Vernay est une nappe alluviale. C'est à dire qu'elle s'est constitué derrière un verrou glaciaire situé à l'étranglement de la vallée, à Boussieu. Elle constitue une réserve aussi importante que celle du lac de Paladru, et elle est réalimentée en souterrain par des filons d'eau qui viennent à travers le substrat de molasse de l'époque tertaire, dont les vallées avaient d'autres directions que les vallées actuelles.

On peut rapprocher le terme de Bondiles de celui de Bonduire qui était le canal édifié par les romains qui allait capter les eaux du Vernay pour alimenter la villa de Ruffieu.

Enfin, les études menées par Jean-Marie André ont positionné la route romaine allant de Bergusia (Ruffieu) à Aoste en bordure du marais du Vernay, et l'on sait que les marais ont souvent abrité des habitats temporaires permettant aux hommes de bénéficier de la richesse alimentaire constituée par le marais. (voir les fouilles réalisées dans les marais de Bourgoin, au moment de la construction du Médipole).

(note de la rédaction)

Autres articles attachés à la catégorie HISTOIRE ET PATRIMOINE

Mairie de Nivolas-Vermelle
231, rue de l'Hôtel de Ville
38300 NIVOLAS-VERMELLE

Tel : 04.74.92.19.35
Fax : 04.74.92.19.44

mairie@nivolas-vermelle.fr