Les viraux Lalique de la chapelle de Boussieu

Les viraux Lalique de la chapelle de Boussieu
Vers la fin du XIXème siècle, les tissages Schwarzenbach s'installent dans le quartier de Boussieu, à cheval sur Bourgoin-Jallieu, Nivolas-Vermelle et Ruy. Les ouvrières sont hébergées dans un pensionnat dont la garde est confiée à la congrégation des soeurs de Sainte-Philomène. Vers 1930, les religieuses font agrandir la chapelle par l'architecte Berjallien Albert Ribollet qui projette de la faire décorer de vitraux et d'une table de communion réalisée par le maître verrier René Lalique.
René Lalique compte parmi les créateurs les plus féconds de l’Art nouveau et de l’Art déco : né en 1860, René Lalique se fait d’abord un nom comme concepteur de bijoux,aimant à travailler le verre, la nacre,la corne ou l’émail et volontiers inspiré par la flore et la faune. Dès les années 1890,il crée un atelier de verrerie et s’impose après la Grande Guerre comme un des maîtres-verriers les plus créatifs, tant sur le plan formel que technique.
 
C’est à lui que l’architecte Albert Ribollet, chargé au début des années 1930 de réaménager, au sein de l’usine-pensionnat Schwarzenbach, la chapelle de Boussieu à Nivolas-Vermelle, fait appel pour huit vitraux et la table de communion. Mettant en œuvre une technique qu’il vient de faire breveter (1929) et qu’il expérimente parallèlement à la chapelle de la Vierge fidèle à Douvres-la-Délivrande (Calvados), Lalique conçoit un ensemble de carreaux de verre blanc coulé, moulé et pressé, dit « demi cristal», de vingt centimètres sur dix-sept, que maintiennent des montants de métal chromé ; la table de communion porte un décor végétal de fleurs de lys portées par de hautes tiges.

Voir l'article du Patrimoine en Isère

(Photos Hélène Rival)
Autres articles attachés à la catégorie HISTOIRE ET PATRIMOINE

Mairie de Nivolas-Vermelle
231, rue de l'Hôtel de Ville
38300 NIVOLAS-VERMELLE

Tel : 04.74.92.19.35
Fax : 04.74.92.19.44

mairie@nivolas-vermelle.fr