MYSTERE A VERMELLE

Nous sommes à l’automne 1981, plus précisément le samedi 21 novembre. Monsieur et Madame B sont un couple de retraités qui habitent la commune de Meyrié dans une ferme située à l’est du village à environ 300 mètres du bois de Vermelle, également appelé bois de Goyet. A l’époque cette ferme est l’une des dernières habitations lorsque l’on va de Meyrié à Nivolas. (Ce n’est plus le cas aujourd’hui car de nombreuses maisons ont été construites).

Ce soir la, il est environ 20h10, la nuit est froide et le ciel dégagé. Monsieur B sort dans sa cour pour fermer le portail donnant sur la route lorsque son regard est attiré en direction du bois de Vermelle. Une lumière de couleur rouge orangée brille à travers les arbres et illumine le bois. Il suspecte un incendie. Mais la lumière est de forme rectangulaire et immobile. Monsieur B regagne son domicile et prévient aussitôt son épouse qu’il y a quelque chose d’anormal dans le bois. Après avoir observé le phénomène depuis l’extérieur le couple regagne son domicile. Madame B poursuit l’observation depuis une fenêtre située à l’étage de l’habitation. Elle appelle son mari car la lumière a changée. La forme rectangulaire est maintenant entourée d’un halo d’une vive lumière verte. Intrigué, Monsieur B ressort de la maison avec l’intention de se rendre jusqu’au bois, mais sa femme l’en dissuade. Il s’avance seulement sur la route pour mieux voir. Alors qu’il marche en direction du bois, brusquement le rectangle s’éteint et deux faisceaux lumineux s’éclairent, l’un partant de l’angle supérieur gauche du rectangle, l’autre de l’angle inférieur droit. Ces deux faisceaux ressemblent à ceux de deux projecteurs très puissants. Ils sont fixes, de couleur jaune ; dirigés vers le sol, ils éclairent le champ voisin de la ferme. Puis, après environ cinq minutes, les deux feux s’éteignent et le rectangle rouge orangé s’illumine de nouveau mais sans le halo vert. Cela fait environ une heure que monsieur B a vu le phénomène pour la première fois lorsque celui-ci commence à se déplacer lentement. Le rectangle lumineux longe le bois en frôlant les arbres puis s’élève dans le ciel en suivant une trajectoire d’environ 45° par rapport au sol. Il n’y a aucun bruit, aucun sifflement et aucun clignotement. Le phénomène finit par disparait complètement. Le lendemain, Monsieur B se rend sur les lieux de son observation, mais il ne découvre aucune trace, rien. Il va voir son voisin, qu’il n’a pas osé déranger la veille car ce dernier avait des invités. Mais ce dernier n’a rien vu. Très impressionnés les époux B ne parlent à personne d’autre de ce qu’ils ont vu.

Ce n’est qu’un peu plus de trois semaines plus tard, le mercredi 16 décembre que les gendarmes sont informés par le voisin des époux B de cette mystérieuse observation. Le jour même à 11h00 les gendarmes se déplacent à Meyrié pour rencontrer les époux B. Puis les enquêteurs se rendent sur les lieux supposés de l’observation en compagnie de Monsieur B afin de procéder aux constatations d’usage. Dans leur rapport les gendarmes notent : «Nous avons parcouru le bois ainsi que la surface du terrain dans sa totalité et nous avons examiné minutieusement le sol. Nous n’avons remarqué aucun indice ou trace suspecte qui puisse laisser supposer qu’un objet ou appareil volant ait pu se poser dans le champ, ni aucune brûlure ou branche cassée parmi le feuillage des arbres. Nous mentionnons cependant qu’un délai de 25 jours s’est écoulé entre l’apparition de l’objet et le recueil de l’information. Des mauvaises conditions atmosphériques ont été enregistrées durant cette période (neige, pluie, fort vent) qui auraient pu effacer d’éventuelles traces. » 

Afin de rechercher d’éventuels témoins, les gendarmes contactent différents habitants de la commune de Meyrié et de ses environs, mais aucun renseignement positif ne peut être fourni. Par la suite, bien que ces faits soient connus d’une partie de la population, aucun autre témoin ne se manifestera.

Les données de ce récit son issues du site du GEIPAN (Groupe d'études et d'informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés) dépendant du CNES (Centre national d’études spatiales français). De nos jours, la survenue de ce type d’évènement est rapidement relayée sur les réseaux sociaux, avec à l’appui des documents photos ou vidéo. Dans la plupart des cas cela permet d’avoir dans les heures qui suivent une explication rationnelle de ces phénomènes. Malheureusement, pour le cas de Vermelle tout cela n’existait pas. Pourtant, compte tenu de l’emplacement de ce phénomène, s’il s’est vraiment produit, il est probable que d’autres personnes en aient été témoins. Mais la peur du ridicule, le désintérêt ou plus simplement le fait de ne pas savoir à qui en parlé ont fait garder le silence à des personnes qui pourraient contribuer à éclaircir ce mystère. Il n’est jamais trop tard pour bien faire…

 

                                                                                                                      F.Piraudon

 

Autres articles attachés à la catégorie HISTOIRE ET PATRIMOINE

Mairie de Nivolas-Vermelle
231, rue de l'Hôtel de Ville
38300 NIVOLAS-VERMELLE

Tel : 04.74.92.19.35
Fax : 04.74.92.19.44

mairie@nivolas-vermelle.fr