L'HORLOGE DE L'EGLISE

L'HORLOGE DE L'EGLISE
L’église et le clocher de Nivolas furent construits en 1849. Cinquante ans plus tard, par sa délibération du 27 novembre 1898, le conseil municipal de Nivolas décide l’installation d’une horloge publique dans le clocher. Le Maire de l’époque était Monsieur Aymont de Rivoire la Bâtie, qui fût le premier Maire de la nouvelle commune de Nivolas-Vermelle du 1er Octobre 1882 au 15 mai 1904. Le curé de la paroisse était L’abbé Pellet.
Monsieur Paillet, industriel, présidait le conseil de fabrique, la fabrique étant un groupe de personnes ayant la charge de l’administration des finances affectées à l’entretien de l’église et de son mobilier. C’est l’entreprise Prost Frères, fabricants d’horloges publiques  à Morez-du-Jura, qui fut choisie pour installer une horloge à deux corps de rouages, à remontage manuel, marchant 8 jours, montrant l’heure et les minutes sur 4 cadrans en bois recouverts de zinc , de 1,30 m de diamètre, frappant l’heure, la répétition de l’heure et la demie sur la grosse cloche existante de 800 Kg environ. Le clocher de Nivolas possède 3 cloches  qui d’après un inventaire de  1920 pesaient 300Kg  pour la plus grosse qui fut achetée par Monsieur Moret, 200Kg pour la seconde achetée par Monsieur Gallois et 100 Kg pour la troisième. Cette erreur d’appréciation de 500 Kg de la masse de la grosse cloche explique peut-être les nombreuses réparations intervenues sur le dispositif de fixation de celle-ci. Le conseil de fabrique précise qu’il laisse au conseil municipal toutes les charges concernant le remontage, l’entretien et les réparations à faire à la dite horloge ainsi que la responsabilité concernant les accidents qui pourraient arriver à la cloche. Le prix d’achat et l’installation de l’horloge se montèrent à 1400 francs. Pour payer les premiers frais une somme de 310 francs fut votée par le conseil municipal, auxquelles s’ajoutèrent  671,50 francs récoltés par souscription auprès de 93 contributeurs. Le reste de la somme fut pris sur le budget de 1899. Après que l’Evêque de Grenoble eu donné son accord, l’horloge fut installée et mise en service au printemps de l’année 1899. En 1935, l’horloge fonctionne toujours parfaitement, son mouvement étant jugé très bon et robuste. En revanche les  cadrans en bois sont détériorés, les heures illisibles et les  aiguilles déséquilibrées. L’entreprise Gueytat de Tullins est choisie pour remplacer les  4 cadrans bois par des cadrans métalliques garnis de chiffres romains émaillés inaltérables, de couleur noir  sur fond blanc. En octobre 1973, l’entreprise Bodet qui assure désormais l’entretien et les réparations de l’horloge, installe une toute nouvelle horloge électromécanique de type B R UNIVERSAL avec sonnerie à répétition (heures et demies), dotée du dispositif chronobloc utilisant la fréquence du courant  pour synchroniser la régularité de l’horloge et obtenir une précision garantie de plus ou moins 30 secondes par an, ce qui supprime les remises à l’heure périodiques. Garantie 20 ans, cette horloge tombera en panne et sera remplacée (gratuitement) … 9 mois après sa mise en service.

Aujourd’hui le clocher est doté d’une horloge Bodet OPUS 4 synchronisée grâce aux signaux horaires transmis depuis l’émetteur ALS 162 KHz situé sur la commune d’Allouis dans le Cher. Ce signal est d’une précision absolue. En effet il est obtenu à partir d’une horloge atomique qui prend moins d’une seconde d’erreur par million d’année. Le signal, d’une très grande portée, puisqu’il rayonne sur toute la France, permet d’accéder à l’heure légale Française. Il est utilisé pour  synchroniser près de 200 000 horloges sur tout le territoire métropolitain. Il est  notamment utilisé par la SNCF, les transports aériens, ENEDIS, les collectivités locales pour la gestion de l’éclairage public, les feux tricolores, les horodateurs…  Une réception du signal de quelques minutes chaque  jour suffit pour assurer la synchronisation de l’horloge. Le code horaire inclut les informations minute, heure, jour, date et top de synchronisation. Il assure automatiquement les changements d’heure d’été et d’hiver.

Mais cette technologie et cette précision ne remplaceront jamais le charme esthétique de la vieille horloge de 1899 qui est toujours à sa place au premier étage du clocher et continue de prendre un repos bien mérité après avoir rythmée la vie des Nivolésiennes et des Nivolésiens durant trois quarts de siècles.

 

Sources : Archives départementales de l’Isère

                   Archives communales

                   Internet

                                                                                                                                              F. Piraudon
Autres articles attachés à la catégorie HISTOIRE ET PATRIMOINE

Mairie de Nivolas-Vermelle
231, rue de l'Hôtel de Ville
38300 NIVOLAS-VERMELLE

Tel : 04.74.92.19.35
Fax : 04.74.92.19.44

mairie@nivolas-vermelle.fr